evonik.jpg

sve.jpg

bonduelle.jpg

09 janvier 2018

La Région Hauts-de-France lance la deuxième édition du dispositif « PEPS », Parcours d’éducation, de pratique et de sensibilisation à la culture pour l’année scolaire 2018-2019.

Objectif : favoriser l’accès à la culture des lycéens et apprentis

L’objectif du PEPS est de permettre aux jeunes, lycéens et apprentis, d’avoir accès à la culture et de s’ouvrir sur le monde. Sont concernés tous les élèves de lycées généraux, techniques ou technologiques, lycées professionnels, établissements régionaux d’éducation adaptée, maisons familiales rurales et centres de formation des apprentis des Hauts-de-France.

Cet appel à propositions concerne notamment les acteurs de culture scientifique, technique et industrielle (CSTI).

DANS LES MURS (dans les établissements scolaires)

Qui peut répondre à cet appel à propositions ?

Le « PEPS Dans les murs », s’adresse aux acteurs artistiques et culturels de l’ensemble de la Région Hauts-de-France souhaitant mettre en œuvre des projets dans les établissements scolaires.

Associations, fondations, collectivités territoriales, EPCI, groupements d’intérêts publics, établissements publics de coopération culturelle (EPCC), scènes nationales sous statut de société...

Les propositions seront étudiées et choisies pour être mises en œuvre au sein des établissements au cours de l’année scolaire 2018-2019. Sauf exception, le coût global de l’opération proposée ne peut pas dépasser 4500 €.

Nécessité d’un agrément de l’Éducation Nationale pour les associations qui souhaitent intervenir dans les établissements scolaires.

Propositions

Les propositions devront être gratuites pour le public cible et les établissements et devront se dérouler exclusivement dans les établissements.
Chaque proposition devra être conçue comme un parcours permettant la découverte d’une pratique artistique, d’un artiste, d’un auteur ou d’une technique. Elle devra obligatoirement être conçue en quatre phases pédagogiques (4 étapes) minimum et 6 maximum.

Acteurs de CSTI, vous êtes intéressés pour répondre à cet appel à propositions ?
Vous pouvez déposer vos projets à partir du 20 janvier et jusqu'au 10 février 2018 et faire votre demande d’aide financière sur la plateforme dédiée.

HORS LES MURS (dans les structures culturelles)

Le « PEPS Hors les murs » s’adresse aux établissements d'enseignement (notamment lycées et CFA) de la Région Hauts-de-France souhaitant mettre en œuvre des programmations de sorties culturelles.

Les établissements d'enseignement peuvent candidater au dispositif pour emmener leurs élèves voir un spectacle, visiter un musée, dans un salon du livre, etc. Il s’agit de permettre aux jeunes d’élargir leurs connaissances dans différents domaines culturels dont la Culture scientifique technique et industrielle (CSTI). La Région soutiendra les établissements candidats pour l’achat de billets et le transport des jeunes.

Les établissements scolaires qui souhaitent emmener leurs élèves à des manifestations culturelles devront répondre à un cahier des charges précis (par exemple, chaque élève concerné sera incité par l’établissement à participer à au moins trois sorties, de manière à s’inscrire dans un parcours forgeant le regard critique).

Acteurs de l'éducation travaillant au sein d'établissements scolaires, vous êtes intéressés pour vous inscrire à cet appel à propositions ?
Vous pouvez déposer vos projets à partir du 12 février et jusqu'au 26 mars 2018 et faire votre demande d’aide financière sur la plateforme dédiée pour des sorties qui auront lieu pendant l’année scolaire 2018-2019.

Réunions d’informations : De manière à présenter cet appel à propositions et ses modalités de mise en œuvre (PEPS Dans les murs), et de vous permettre d’en appréhender les évolutions pour l’année scolaire 2018-2019, les services de la Région organisent des réunions d’informations sur les territoires.
Voir les dates et lieux des réunions d’informations.

Contact mail : peps@hautsdefrance.fr

sceenbib2.JPG

scienceenbibBD.JPG

sceenbib3.JPG

sceenbib4.JPG

22 décembre 2017

Le 28 novembre dernier, une soixantaine d’acteurs de la lecture publique et de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) de la Région Hauts-de-France, se sont retrouvés à Canopé et au Hub de l’énergie à Amiens. Le Centre régional du Livre et de la Lecture de Picardie (CR2L) et Ombelliscience ont organisé une journée régionale dédiée à la médiation des sciences en bibliothèque.
L’objectif de ce temps de rencontre était de favoriser de nouvelles collaborations entre réseaux de la lecture publique et de la culture scientifique.

« Dévorer les livres, prendre goût aux sciences…
Comment développer les appétits pour le savoir ? »

Échanges, conférences, présentations, ateliers et visite ont rythmé cette journée riche en échanges et réflexions.

Professeur-chercheur en psychologie à l’Université Picardie Jules Verne (UPJV), Luc Vandromme a introduit la journée en questionnant la notion de processus d’apprentissage pour comprendre comment accompagner les jeunes dans la découverte des sciences.

Marc-André Fliniaux, professeur d’université en Pharmacie, ancien Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie, et actuel président d’Ombelliscience, a ensuite présenté un panorama des lieux et acteurs de la recherche et de l’innovation en Hauts-de-France.

À travers un récit du lien entre les défigurés de la grande guerre et les avancées de la chirurgie maxillo-faciale, le professeur Bernard Devauchelle a montré le lien existant entre histoire et innovation scientifique et médicale. À travers cette thématique, il est revenu sur la place du livre et a montré en quoi il constitue un support de connaissance important dans l’histoire des sciences.

La seconde partie de la matinée portait sur la présentation d’outils au service de la médiation des sciences en bibliothèque. Maryline Blondeau, chef de projet « Réseau de ressource collaboratif » au Forum départemental des sciences de Villeneuve d’Ascq a présenté les projets menés depuis plusieurs années par le Forum des sciences avec les acteurs du livre. Par la suite, Catherine Dhilly, en charge de l’événement « Ramène ta science en bibliothèque » à la Médiathèque départementale du Nord et Ludovic Mortagne de la bibliothèque de Caudry (59), ont présenté divers types d’animations mises en place en partenariat avec des acteurs de la culture scientifique au sein du réseau départemental des bibliothèques du Nord.

La matinée s’est clôturée par une présentation du festival « Science en livre » par Jean-Claude d’Halluin, président de l’association Science et Livre, et par une démonstration de la plateforme collaborative Echosciences Hauts-de-France, site internet regroupant les informations et actualités autour des sciences, des techniques, de l’innovation et de la recherche en Hauts-de-France.

La journée s’est poursuivie par la présentation par Didier Michel, directeur de l’AMCSTI, d’un appel à initiatives ayant pour objectif de soutenir les projets co-construits par les acteurs des deux réseaux qui sera lancé dans les mois qui viennent.

Quatre ateliers étaient ensuite proposés aux participants autour des sujets suivants :
Comment accompagner les bibliothécaires à mettre en œuvre des projets scientifiques ?
De quelle manière la bibliothèque peut constituer un terrain de jeu scientifique ?
Comment animer un fonds scientifique toute l’année ?
Comment développer une médiation en s’appuyant sur un fonds documentaire ?

Ces temps de travail en petits groupes ont permis aux participant-e-s de mieux se connaître, de partager autour de problématiques communes, de découvrir des méthodes de travail et d’échanger sur des projets à construire.

La journée s’est terminée par la visite du "Hub de l’énergie", abritant le Laboratoire de Réactivité et Chimie des Solides (LRCS) de l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV). Dans ce laboratoire d’excellence dédié à la recherche sur le stockage et à la conversion de l’énergie, 90 scientifiques travaillent sur les batteries d’aujourd’hui et de demain, le photovoltaïque et le stockage de l'hydrogène.

Vous n'avez pas pu assister aux conférences de cette journée ou vous souhaitez les revoir ?
Vous les trouverez ici :
- « Apprendre la science / Science de l’apprentissage », par Luc Vandromme
- « Lieux et acteurs de la recherche en région Hauts-de-France », par Marc-André Fliniaux
- « De l'histoire à l'innovation : le livre, support de la science », par le professeur Bernard Devauchelle

twitter : #SciencesEnBib

csti2.jpg

csti1.JPG

csti3.JPG

18 décembre 2017

Lundi 11 décembre, à l’invitation du Conseil régional Hauts-de-France, une journée de concertation de la filière Culture Scientifique Technique et Industrielle (CSTI) a eu lieu à l’INERIS (Verneuil-en-Halatte).

Cette rencontre fait suite aux 2 précédentes qui se sont déroulés le 19 juin à l’Université de Lille 1 et le 6 novembre à Cité Nature à Arras. L’objectif de cette concertation est de mieux identifier les atouts et les faiblesses de la filière, de partager des ambitions communes et des enjeux de la CSTI spécifiques à notre région afin de nourrir la réflexion des pouvoirs publics et des acteurs de la culture scientifique et technique sur les actions à mener dans les années à venir.

Pour ce 3e temps de travail, 34 personnes étaient présentes. Après une présentation des activités de L'INERIS par Mehdi Ghoreychi (directeur scientifique à l'INERIS), la restitution sur les ateliers collectifs de la journée du 6 novembre a été présentée par Samuel Kauffmann (Directeur de Planète Sciences Haut-de-France), Marc-André Fliniaux (Président d'Ombelliscience) et François Leulier (chargé de mission CSTI au sein de la direction de l’attractivité de la Région).

Ombelliscience a ensuite présenté un travail d’observation sur les ressources et compétences déployées dans la Région par des acteurs œuvrant à la diffusion et au partage des savoirs et des innovations auprès d’un large public.

150 structures ont été contactées et identifiées par différents réseaux : Culture de Sciences en Nord-Pas-de-Calais ; Proscitec ; ComUE Lille Nord de France ; PicardieScience ; ancien réseau « Des machines et des hommes » ou par leur inscription comme contributeurs sur ce portail.

Entre le 18 octobre et le 28 novembre 2017, 103 structures ont répondu à cette enquête qui portait sur les ressources et les compétences déployées en 2016.

À l’issue de la présentation de ce travail d’observation, les échanges entre participants ont permis de partager et débattre sur des analyses, des réflexions.

Les acteurs se sont interrogés sur la manière d’agir dans les zones dépourvues a-priori de lieux et de ressources spécifiquement dédiés à la CSTI. Le maillage territorial assuré par d’autres acteurs culturels (bibliothèques, médiathèques, théâtres…) pourrait être un relais intéressant et un renforcement des coopérations avec ces structures est à travailler.

D’autres actions ont été citées afin de servir la diffusion des sciences et techniques en région.

  • le développement de journées professionnelles, temps de rencontre indispensable pour faire émerger des actions et projets communs,

  • la mise en relation des lieux de diffusion et des structures productrices de ressources afin de développer l’itinérance et la diffusion des outils existants,

  • l’élargissement de la démarche du réseau « Culture de Sciences en Nord-Pas-Calais »,

  • la création d’un groupement d’acteurs engagés dans la production de ressources itinérantes,

  • la réalisation d’un catalogue des acteurs, lieux et outils de CSTI en région.

  • le développement des relations entre arts et sciences et le rôle des acteurs du spectacle vivant (théâtres et compagnies) pour proposer des nouvelles formes d’actions innovantes.

  • l’adéquation des outils itinérants aux capacités d’accueil des lieux de proximité (production d’expositions mobiles et de petite taille pour les petits lieux d’accueil).

Les acteurs ont souligné des éléments notables concernant la structuration de la CSTI en Hauts-de-France :

  • la richesse du patrimoine industriel, particularité régionale,

  • le lien entre les actions de CSTI et les atouts de la recherche et de l’innovation de notre région.

Enfin, si les lieux de CSTI existent souvent grâce à la volonté de collectivités locales, il semble important que les institutions publiques, Etat et Région, accompagnent également l’action territoriale « hors les murs » à destination des publics éloignés des pôles culturels.

Ces remarques et observations mériteraient d’être complétés et amendés par d’autres contributions.

Voir la restitution de ce travail d’observation des ressources et compétences de la CSTI en région Hauts-de-France.

Pour suivre les actus de nos partenaires, voir le site